Marcher sous la pluie: c’est ainsi que le parapluie pliant a été inventé

Le Français Jean Marius a conçu un modèle de parapluie pouvant être plié et porté dans son sac, idéal pour se déplacer dans la ville sans craindre les averses.

Parapluie histoire
Une foule se met à l’abri de la pluie sous ses parapluies dans cette gravure de 1798Photo: Getty Images
Parapluie Japonais
Une femme japonaise se protège de la pluie avec son parapluie. Gravure 17ème siècle
Affiche commerciale annonçant le parapluie pliant de Marius. 1715

Marcher sous la pluie: c’est ainsi que le parapluie pliant a été inventé

Jusqu’au début du 18e siècle, la pluie obligeait les hommes à marcher recouverts d’un chapeau en cuir à larges bords et de larges couches qui préservaient leurs vêtements, mais ne les empêchaient pas de devenir trempés. Les dames, en revanche, ont adopté de telles couches masculines, sont restées à la maison ou, si leurs obligations ne le permettaient pas, ont été soumises aux intempéries. C’était le cas jusqu’à ce qu’un Français, Jean Marius, ait eu une idée à la fois pratique et géniale: le parapluie pliant.

Il est vrai que des dispositifs similaires, tels que les parasols, étaient déjà connus mais, comme leur nom l’indique, ils servaient exclusivement à protéger du soleil. En fait, les parapluies étaient connus depuis l’Antiquité classique mais n’étaient considérés que comme un signe de prééminence sociale ou de respect institutionnel , et ceux qui s’étaient réfugiés sous eux le faisaient alors qu’ils étaient portés par leurs serviteurs ou leurs esclaves.

Les antécédents directs de l’ingéniosité de Marius étaient sans aucun doute le parapluie-parasol inventé en Chine au premier siècle de notre ère, un engin articulé pouvant être ouvert et fermé, ou les nouveaux modèles d’ombrelles avec le tissu imperméabilisé avec des cires ou des huiles apparues en Italie au 16ème siècle. Mais seul Jean Marius a réussi à mettre fin, en 1705, au fait que la pluie était synonyme d’isolement . Il a tiré parti de son expérience en tant que fabricant de portefeuilles (bourses), un accessoire qui impliquait alors des fermetures en métal compliquées.

Son parapluie consistait en une couverture de taffetas vert correctement gommée pour être imperméable, disposée sur une structure métallique très similaire à celle des parapluies actuels , ce qui lui permettait de s’ouvrir, de se fermer et de se replier. Il pesait entre 140 et 170 grammes et une fois plié, il pouvait être rangé dans le sac ou suspendu à la taille. Pour le fermer, il fallait appuyer sur un bouton et pour l’ouvrir, il suffisait d’allonger la poignée, en acier, en bois et en cuivre. Il y avait aussi une corde qui empêchait le vent de le faire tourner et une housse pour le garder plié.

À la conquête du marché

Marius a compris que la publicité était la clé pour promouvoir et vendre son parapluie. Ainsi, il se rendit à Versailles avec la certitude que, s’il avait l’aval de Louis XIV, il placerait bientôt son invention parmi les objets de luxe qui consacraient Paris au paradis de toutes les victimes de la mode de son temps. Il n’avait pas tort. Le roi fut tellement impressionné par l’ingéniosité qu’en 1710, il n’hésita pas à promulguer un privilège royal – l’équivalent des brevets modernes – garantissant à Marius le monopole de la production du parapluie pliant pendant cinq ans. En outre, il a infligé une amende à quiconque l’avait copiée avec un millier de livres, environ 40 000 euros aujourd’hui.

Marius a collé des affiches sur toutes les façades de Paris. En eux, un couple souriant, abrité sous leurs parapluies, a annoncé la vente de la nouvelle invention dans l’établissement appartenant à Marius, rue des Fosseés , tout près du faubourg Saint-Honoré, qui allait devenir dans les siècles suivants le fleuron du chic français. . Le directeur du journal Le Mercure Galant , Jean Donneau de Visé, a publié un article dans lequel il annonçait qu’il avait déjà un parapluie de Marius dans sa poche, et même les courageux membres de l’Académie royale des sciences ont approuvé l’ingéniosité en veillant à ce qu’il soit «facile». à porter dans sa poche »et« plus résistant que ses prédécesseurs ».

La promotion a été décisive et en quelques années, l’utilisation du parapluie s’est généralisée . Ainsi, lors de sa visite à Paris en 1767, Benjamin Franklin fut frappé par le fait que « les hommes et les femmes portent toujours un parapluie pliant et l’ouvrent en cas de pluie ».

Laisser un commentaire