LES PARAPLUIES DE CHERBOURG

les parapluies de cherbourg

LE FILM QUI A DÉVASTÉ UNE GÉNÉRATION

Nous ne croyons pas aux coïncidences. C’est pourquoi quelqu’un devrait étudier les raisons pour lesquelles les films les plus commentés des deux dernières éditions des Oscars sont inspirés (c’est une façon de le dire) du même film tourné il y a 55 ans. 

Si après avoir rappelé les charmantes chorégraphies pleines de couleurs et le ton mélancolique de La La Land, de Damien Chazelle, ou la dévastation qu’ils ont ressentie dans les scènes du train et le plan final de Call me par votre nom, de Luca Guadagnino, ils ont pensé que Jacques Demy a déjà fait tout cela il y a plus d’un demi-siècle, peut-être que cela changerait la façon dont ils ont envisagé ces récents phénomènes cinématographiques. 

Malgré les décennies écoulées depuis sa création et son esthétique typique de cette époque, les parapluies de Cherbourg conservent aujourd’hui une validité étonnante et, comme tous les grands films, ils ont également une histoire particulière.

Un début difficile

En 1963, Jacques Demy était un jeune réalisateur proche de l’orbite de la nouvelle vague, dans laquelle il était pourtant une sorte de cinglé. Peut-être était-il fondamentalement aussi moderne ou plus que ses compagnons Jean-Luc Godard ou Jacques Rivette, mais devant eux, il présentait une image plus classique. Il avait déjà réalisé deux longs métrages, Lola (1961) et The Bay of Angels (1963), avec les divas Anouk Aimée et Jeanne Moreau. C’étaient des œuvres en noir et blanc, visuellement très sophistiquées, qui lui-même montraient un double visage : elles étaient dotées d’un ton léger et amical, mais leur arrière-plan paraissait chargé d’une mélancolie amère.

Demy était mariée à la réalisatrice Agnès Varda, qui après sa mort en 1990 n’aurait aucune difficulté à parler de l’homosexualité de son mari et de l’influence de cette condition sur son cinéma . Varda avait d’ailleurs sorti un an avant Cléo, du 5 au 7 juillet, l’ un des meilleurs films de la nouvelle vague qui, en raison de sa combinaison de vivacité, de mélancolie et d’un message politique qui se chevauchait semblait annoncer la filmographie ultérieure de Demy.

Il aimait beaucoup les comédies musicales hollywoodiennes, dont il avait particulièrement apprécié Singing in the Rain, de Stanley Donen et Gene Kelly, et souhaitait effectuer un exercice similaire dans une perspective plus moderne. En collaboration avec le compositeur Michel Legrand, il avait commencé à travailler sur un scénario situé dans ce qui était à l’origine un magasin de disques, un commerce qui a rapidement changé de secteur pour vendre des parapluies en hommage à ce film. 

Obtenir du financement pour ce projet était une tâche compliquée, car à cette époque les comédies musicales américaines qui servaient de modèle ne fonctionnaient pas très bien sur le plan commercial en Europe. En outre, c’était un pari très risqué, car tout le film devait être chanté, ce qui arrive généralement avec des opéras mais pas avec ce genre dans la théorie des briquets.

Enfin, le jeune producteur Mag Bodard, fasciné par le projet, a réussi à lever un budget de 1 300 000 francs français, même s’il a fallu montrer aux investisseurs les plans filmés pour les convaincre de dégager les montants nécessaires.

Catherine Deneuve et autres (non) étoiles

Devant son budget serré, Demy ne pouvait pas compter sur les stars qu’elle aurait voulu, comme son idole Danielle Darrieux (qu’elle aimait en tant que mère du protagoniste), et a plutôt recruté Anne Vernon et un beau jeune acteur italien du nom de Nino Castelnuovo, qu’il avait joué un rôle très secondaire chez Rocco et ses frères de Visconti et qu’il ne parlait pratiquement pas français. 

Bien entendu, ces derniers importaient peu, car tous les acteurs seraient doublés par des chanteurs professionnels. En tant que protagoniste, Catherine Deneuve fut embauchée , que Demy avait vue aux côtés de Darrieux dans un film intitulé L’Homme à femmes.

Deneuve avait alors dix-huit ans et était pratiquement inconnue – elle n’avait pas encore joué dans des films tels que Repulsion, de Polanski, ou Belle de Jour, de Buñuel -, mais son air virginal donnait au personnage une belle apparence. De façon inattendue, il est arrivé que le réalisateur Roger Vadim soit enceinte pendant les préparatifs du film 

Demy a décidé de la garder dans l’équipe, profitant de la gestation pour faire avancer les décors et les costumes et apporter les dernières retouches au scénario et à la partition. Tout est prêt, le tournage peut commencer quelques jours après la naissance de Christian , le fils de Deneuve.

Tournage

Malgré l’effet artificiel du film, le tournage s’est principalement déroulé dans la vraie ville normande de Cherbourg, au nord-ouest de la France. Catherine Deneuve a subi une transformation physique pour faire de son personnage de Geneviève : en particulier, les coiffeurs ont éclairci ses cheveux bruns jusqu’à ce qu’elle lui donne un ton de topaze blonde qu’elle maintiendrait pendant des décennies comme son sceau d’usine, ainsi que son front dégagé.

Une expérience presque traumatisante pour l’actrice qui, très timide, a utilisé la frange comme mesure de protection contre les yeux des autres. Grâce au coiffeur, au maquillage et aux costumes somptueux aux arcs et aux couleurs roses et bleus, Deneuve semblait encore plus jeune que lui, alors qu’il était déjà mère.

le couple amoureux de 'Les parapluies de Cherbourg'.
Geneviève et Guy, le couple amoureux de ‘Les parapluies de Cherbourg’.

Le tournage a duré un peu plus longtemps que l’été 1963, bien que les scènes se soient déroulées dans un environnement pluvieux, avec un épilogue d’hiver neigeux. Les journées ont été très longues, épuisantes et il n’était pas étonnant que l’équipe ait terminé le petit-déjeuner quotidien filmé – fruits de mer de la côte normande ! – avant de se reposer quelques heures. 

Demy, un perfectionniste, a demandé aux acteurs de synchroniser le mouvement de leurs lèvres au millimètre près avec les paroles que chantaient leurs interprètes, ce qui s’est finalement avéré très compliqué, en particulier dans le cas de Nino Castelnuovo. Après quelques clichés supplémentaires, le tournage s’est terminé à l’automne.

Un film insolite

Le résultat était une rareté complète pour plusieurs raisons. Même aujourd’hui, on pourrait soutenir qu’un film plus véritablement pop n’a jamais été tourné. Dans les couleurs de la photo dominent les ultrasaturés bleus, roses ou verts. 

Les décorations étaient une symphonie de papiers avec des listes ou des fleurs, de moulures contrastées, de murs peints de couleurs vives et de meubles en néocoque. À certains moments culminants de cette esthétique extrême, les robes de Catherine Deneuve ont été combinées avec le rôle de l’arrière-plan, sans que l’on sache clairement s’il existait une intention ironique et dramatique (afin de souligner l’objectivation du personnage) ou simple volonté de prendre le pari visuel à ses conséquences finales. 

Même un seul garage est devenu un locuron coloré, cela va sans dire la souche bourgeoise partagée par Geneviève et sa mère au-dessus du magasin de parapluies. Et puis il y avait les chansons, bien sûr : la mélodie de Michel Legrand, qui n’a pas cessé de jouer une minute de 91 séquences, a avancé l’histoire couramment dans une succession diabolique de thèmes.

les parapluies de cherbourg
Les parapluies de cherbourg

Mais ce qui rend les parapluies de Cherbourg vraiment exceptionnels, c’est la double fracture qui l’opérait. En premier lieu, le contraste entre les épineuses questions sociales qu’il a traitées (la guerre d’Algérie était encore taboue, par exemple), qui à l’époque touchait le sordide, et la stylisation irréaliste de la mise en scène. De même, la tristesse que les personnages ressentaient presque toujours avec la légèreté apparente des chansons qui exprimaient ces sentiments se heurtait.

En résumé, il s’agissait d’un couple de jeunes amoureux séparés par des circonstances politiques (guerre algérienne traumatisante) et sociales (préjugés d’une mère aux prétentions bourgeoises). Ils ont cité des éléments tels que les derniers coups coloniaux qui piétinent le lien sacré de l’amour, de l’arrivée et de la survie des jeunes, des familles dysfonctionnelles, des relations sexuelles avant le mariage, de la prostitution, des enfants illégitimes et des parents putatifs. 

Ce n’est pas que c’était là des problèmes que le cinéma n’aurait jamais abordés. Ce qui a choqué que tout cela est verbalisée par des chansons dans le style de Mary Poppins. À propos, la comédie musicale Disney a été créée plusieurs mois après la présentation internationale de The Umbrellas …C’était aussi l’année de ma belle dame, de Cukor. Eh bien, cela et rien d’autre n’est ce à quoi le public s’attendait en 1964 lorsqu’il allait regarder une comédie musicale.

Les scènes

Lorsque Guy annonce à Geneviève qu’il a reçu une lettre l’invitant à rejoindre un service militaire de deux ans en Algérie, les deux hommes sont inconsolables face à la perspective d’une séparation. Elle craint qu’il ne rencontre d’autres femmes et ne l’oublie pas, et il ne supporte pas l’idée de la laisser seule. 

« Nous devons garder de nos derniers moments un souvenir plus beau que tout, un souvenir qui nous aidera à vivre », dit- il (c’est-à-dire qu’il chante). Comme s’il avait sa propre volonté, le vélo qu’il tient d’une main commence à glisser dans la rue et les mène à un portail où ils commettront effectivement cet acte dont ils se souviendront toute leur vie.. 

Ensuite, des ellipses se produisent et le couple continue de chanter la même chanson, mais le lendemain matin, ils sont à la gare et elle le suit sur le quai. Guy monte dans la voiture. le train s’éloigne et la caméra s’éloigne avec lui, et Geneviève reste seule et en détresse à la gare. Il est probable que ceux qui ont vu le dernier film de Luca Guadagino sonneront cela, bien que la caméra ne propose que le contre-plan de Demy.

Icône gay

En 2013, environ un demi-siècle après son premier passage à Cannes, le film est retourné dans une version restaurée à la croisette, où il a été salué comme l’un des grands classiques ayant marqué l’histoire du festival. Un an plus tard, Michel Legrand dirige l’Orchestre National d’Île-de-France et la soprano Nathalie Dessay dans une version pour la scène.

Au fil du temps, et particulièrement en France, le film devint une icône gay, un peu favorisée par les interprétations clés de la romance interdite entre Geneviève et Guy. La vérité est que toute la filmographie de Demy a été particulièrement appréciée du public homosexuel, à qui la vie personnelle compliquée du réalisateur n’a pas été étrangère non plus. Quoi qu’il en soit, le concept de «placard» lui-même perd de sa validité dans notre société, de même que cette perspective du film, qui ne l’empêche pas de continuer à générer de l’empathie chez le public.

D’ innombrables hommages ont été payés dans les films, ainsi que des films d’autres réalisateurs tout a inspiré, de Dancer in the Dark, par Lars Von Trier, à 20 centimètres, de Ramon Salazar. Sans parler des deux qui ont ouvert cet article, bien sûr. Son héritière la plus incontestable est peut-être Jeanne et le garçon formidable (1998) d’ Olivier Ducastel et Jacques Martineau, qui ont non seulement reproduit fidèlement l’idée d’être un film dans lequel ses personnages chantaient, mais mettant également en vedette Mathieu Demy ,le fils du cinéaste et Agnes Varda. C’était une histoire d’amour avec des résonances très claires des parapluies de Cherbourg et des colorants tragiques similaires. Cette fois ce n’était pas une guerre qui s’interposait entre les époux, mais une maladie, le sida, qui s’était éteinte avec Jacques Demy lui-même en 1990.

Peut – être Les parapluies de Cherbourg a allégé son incorrection politique, mais conservé intact son originalité, son pouvoir de fascination esthétique et la capacité de sensations fortes. Et cela en fait un travail intemporel qui continuera à causer beaucoup d’inspiration – et aussi quelques larmes – à l’avenir.

Laisser un commentaire